Connect with us

Startup

Startup-Act : Promulgation de la Circulaire relative aux conditions d’ouverture des comptes en devises

Published

on

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) vient de promulguer les deux nouvelles Circulaires relatives à l’ouverture des Comptes en devises appelés « comptes startup » et à la ratification de la Circulaire traitant de la Carte Technologique.

La Circulaire relative aux conditions d’ouverture et de fonctionnement des comptes en devises N°2019-01 est composée des 13 articles suivants :

Article premier : Toute société résidente, ayant le label « startup » délivré conformément à la réglementation en vigueur, peut pour les besoins de son activité se faire ouvrir auprès des Intermédiaires Agréés des comptes en devises appelés « comptes startup ».

Article 2 : L’Intermédiaire Agréé doit exiger la présentation, à l’appui de la demande d’ouverture d’un « compte startup en devise », d’une copie de la décision du ministre en charge de l’économie numérique pour l’octroi du label « startup » en cours de validité.

Article 3 : Le « compte startup en devise » peut être crédité :

a) des devises provenant des opérations d’exportations de biens et de services réalisées par la startup titulaire du compte

b) des devises provenant (i) des participations des non-résidents au capital de la startup, (ii) des acquisitions par les non-résidents d’obligations convertibles en actions émises par la startup, (iii) des avances en comptes courants associés et (iv) d’une manière générale toute forme de quasi fonds propres en devises de la startup. L’importation de devises au titre de ces opérations doit faire l’objet de fiches d’investissement établies conformément à la réglementation en vigueur

c) des bénéfices revenant à la startup, réalisés au titre de ses investissements visés à l’alinéa (d) de l’article 4 de la présente circulaire

d) des intérêts produits par les sommes logées dans ce compte dans les conditions fixées par la Banque Centrale de Tunisie pour les comptes en devises des résidents

e) des virements d’un autre « compte startup en devise » du même titulaire.

Article 4 : Le « compte startup en devise » peut être débité pour :

a) le règlement des achats de biens matériels et immatériels dans le cadre de l’activité de la startup ;

b) la couverture des frais de séjour à l’étranger des dirigeants et des employés de la startup au titre de voyages d’affaires liés à l’activité de la startup ;

c) le règlement de toute autre dépense courante en devises liée à l’activité de la startup ;

d) les transferts à titre d’investissements à l’étranger ou de prises de participations dans le capital de sociétés non résidentes de nationalité étrangère ;

e) les remboursements au titre des avances en comptes courants associés reçues en devises par la startup, des obligations au cas où elles n’ont pas été converties en actions et d’une manière générale au titre de t 3

f) la cession des devises sur le marché des changes ;

g) le crédit d’un autre « compte startup en devise » ouvert au nom de la même startup.

Article 5 : Les opérations de débit du « compte startup en devise » peuvent avoir lieu :

– par virement,

– par chèque bancaire tiré sur l’Intermédiaire Agréé auprès duquel le compte est ouvert,

– par carte de paiement international,

– ou en espèces exclusivement pour la couverture des frais de séjour à l’étranger au titre de voyages d’affaires et ce, dans la limite d’un montant de trente mille dinars (30.000 DT) par voyage et par bénéficiaire.

Article 6 : Le «compte startup en devise» ne peut pas être rendu débiteur, et ce quel que soit le moyen de règlement utilisé.

Article 7 : Avant tout achat de devises sur le marché des changes pour le règlement de toute opération en devises autorisée à titre général ou particulier, la startup bénéficiaire de comptes startup en devises, doit utiliser en priorité les disponibilités de ces comptes et le cas échéant de ses comptes professionnels en devises. Le règlement par achat de devises doit être effectué conformément aux conditions prévues par la réglementation des changes en vigueur.

Article 8 : Toute opération au crédit ou au débit du «compte startup en devise» doit donner lieu à la présentation à l’Intermédiaire Agréé d’une déclaration précisant l’objet de l’opération, dûment signée par le représentant de la startup et conforme au modèle objet de l’annexe à la présente circulaire.

Article 9 : En cas de retrait du label «startup» ou lorsque la durée de validité du label est expirée, le titulaire du «compte startup en devise» doit procéder, sans délai, à la clôture dudit compte. Sur demande du titulaire du compte, l’Intermédiaire Agréé doit procéder soit au virement du solde éventuel disponible à un compte professionnel en devise du même titulaire soit à sa cession sur le marché des changes.

Article 10 : Les Intermédiaires Agréés sont tenus d’adresser à la Banque Centrale de Tunisie, via le Système d’Echange des Données « SED », au plus tard le 15 de chaque mois, les états des opérations enregistrées sur les comptes startup en devises ouverts sur leurs livres, afférents au mois précédent. La déclaration de ces états doit être effectuée conformément au Guide Technique mis à leur disposition, téléchargeable à travers le Système d’Echange des Données « SED ».

Article 11 : Les Intermédiaires Agréés sont tenus de conserver, à la disposition de la Banque Centrale de Tunisie dans des dossiers accessibles pour les besoins de contrôle, l’ensemble des déclarations visées à l’article 8 de la présente circulaire.

Article 12 : La startup titulaire de «comptes startup en devises » est tenue de conserver, à la disposition de la Banque Centrale de Tunisie dans des dossiers accessibles pour les besoins de contrôle, tout document justifiant les opérations au débit et au crédit desdits comptes.

Article 13 : La startup ayant réalisé des investissements à l’étranger par le débit d’un «compte startup en devise» conformément à l’alinéa (d) de l’article 4 de la présente circulaire, communique à la Banque Centrale de Tunisie, à la fin de chaque exercice comptable, les états financiers des sociétés établies à l’étranger dans le capital desquelles elle détient des participations, les procès-verbaux des assemblées générales ayant décidé l’affectation des résultats, les documents se rapportant à la modification éventuelle de la structure du capital de ces sociétés et un rapport sur l’activité, au cas où l’investissement à l’étranger prend la forme de succursales et de bureaux de représentation.

La deuxième circulaire N°2019-02 relative à la ratification de la circulaire traitant de la Carte Technologiquest composée de l’article suivant :

Article 14 (nouveau) :

Lorsque le paiement par des sociétés résidentes des transactions visées au paragraphe H-1 de l’annexe n°1 à la présente circulaire, est exigé via internet, le transfert peut être effectué par carte de paiement internationale nominative réservée spécialement à ces transactions appelée « Carte Technologique Internationale » et dont la durée de validité est d’une année civile.

A cet effet, l’intermédiaire agréé est autorisé à délivrer à toute société résidente, qui lui en fait la demande, une allocation annuelle maximale de dix mille dinars (10.000 dinars) transférable en une ou plusieurs fois pour réaliser les paiements visés au paragraphe premier du présent article par utilisation de la « Carte Technologique Internationale » visée ci-dessus.

Le montant de l’allocation annuelle maximale est fixé à cent mille dinars (100.000 dinars) pour toute société résidente ayant obtenu le Label « Startup » conformément à la réglementation en vigueur. Dans ce cas, l’intermédiaire agréé doit exiger une copie de la décision du ministre en charge de l’économie numérique pour l’octroi du label « Startup », en cours de validité. 

Télécharger la Circulaire N°2019-01

Télécharger la Circulaire N°2019-02

Continue Reading
Click to comment

Creation d'entreprise

L’Open Data, qu’est-ce que c’est et quel importance pour une Tunisie numérique ?

Published

on

Les Open Data, ou données ouvertes, sont des données auxquelles l’accès est totalement public et libre de droit, au même titre que l’exploitation et la réutilisation. De nos jours, ces données offrent de nombreuses opportunités pour étendre le savoir humain et créer de nouveaux produits et services de qualité, des applications web ou mobile et des APIs de développement. Cet article vous aide à découvrir l’Open Data et vous donnes des exemples concrets d’utilisation.

Définition

Open Data ou données ouverte ou encore jeu de données est un terme qui désigne l’ensemble d’informations ou donnée libre d’accès auxquelles, n’importe qui à la possibilité de visualiser, partager avec tout le monde ou encore la possibilité d’utilisation et de consommation (téléchargement, l’utilisation via des APIs de développement par exemple…)

Critères

Les critères essentiels de l’ Open Data sont la disponibilité, la réutilisation et la distribution, et la participation universelle. Il s’agit là de la définition donnée par l’Open Knowledge Foundation en 2005.

Source : https://www.lebigdata.fr/open-data-definition
  • Disponibilité et accès : Les données doivent être pleinement accessibles, moyennant un coût de reproduction raisonnable. De préférence, elles se téléchargent sur Internet. La forme doit être confortable et modifiable.
  • Réutilisation et redistribution : Les données doivent être fournies sous des conditions permettant la réutilisation et la redistribution, incluant le mélange avec d’autres ensembles de données.
  • Participation universelle : Tout le monde doit être en mesure d’utiliser, de réutiliser et de redistribuer les données. Il ne doit y avoir aucune discrimination concernant les fins d’utilisation, ou contre des personnes ou des groupes. Par exemple, des restrictions non commerciales qui empêchent l’utilisation commerciale, ou les restrictions d’usage à certains secteurs, ne sont pas compatibles avec l’ Open Data.

Ces trois critères sont l’essence de l’ Open Data, car ils autorisent l’interopérabilité. L’interopérabilité désigne la capacité de différentes entreprises ou systèmes à travailler ensemble. En l’occurrence, l’interopérabilité est la capacité de mélanger différents ensembles de données.

Types et secteurs de provenance de données

Généralement les données ouvertes sont mise à disposition via des sites web publiques ou privés et maintenues par des divers organismes et secteurs.

Les secteurs qui fournissent les données ouvertes sont divers et variés, comme :

  • Transport
  • Secteur médical
  • Environment
  • Agriculture
  • Culture
  • Education
  • Science
  • Finance
  • Météo
  • Statistiques

Dans beaucoup de pays, comme la France, chaque grande ville expose un ou plusieurs sites web d’Open Data, comme par exemple https://opendata.paris.fr/ pour l’Open Data de la ville de Paris. Les données ouvertes sur le site web de Paris sont classées par thématique comme suit :

Source : https://opendata.paris.fr/pages/home/

Chaque thématique permet de détailler un ensemble de jeu de données avec des fichiers à télécharger, des courbes, des statistiques et des API de développement.

Son impact et utilité pour la Tunisie

Un problème majeur de la Tunisie est l’absence de l’information et de données dû au manque de la transparence d’un côté et des problèmes techniques dans l’infrastructure de collecte des données d’autre côté, cela présente un handicap pour le développement des applications web et mobile d’une Tunisie numérique ou d’un gouvernement électronique.

L’Open Data, es l’une des brique nécessaire pour construire l’infrastructure numérique de la Tunisie de demain, elle permet ainsi de faciliter le développement des services innovants se basant des statistiques et des données réelles.

Démarche de collect des données

Tout organisme d’une certaine taille collecte, génère ou maintient un important volume de données électroniques (bases de données, systèmes d’information cartographiques, registres électroniques, etc.).

Les données ainsi collectées seront exploitées au mieux par les services municipaux dans le cadre de leurs missions. Elles constituent également un patrimoine immatériel qui peut être mis en valeur pour l’ensemble de la collectivité :

  • Les chercheurs peuvent y trouver matière à nourrir leurs travaux et expériences,
  • Les développeurs peuvent créer des services innovants utilisant ces données,
  • Les citoyens et journalistes y trouvent des informations brutes,
  • Les entreprises peuvent fournir une valeur ajoutée à ces données, et ainsi créer de l’emploi et de la richesse pour la collectivité.

Source : https://opendata.paris.fr

Conclusion

La « Open Data » (données ouvertes) vise à obtenir de tout type de structure, et notamment des organismes publiques de la Tunisie, la mise à disposition de tous, de façon libre et gratuite, des données électroniques.

Continue Reading

Startup

Start up, une langue et des codes à maîtriser

Published

on

Les start-up se sont imposées dans le paysage des entreprises. Elles ont développé un langage et des codes qui leur sont propres. Une grande partie des termes a pour origine la langue anglo-saxonne et la génération des start-up maîtrise l’anglais. Pour vous repérer, nous vous proposons un mini-lexique.

1. Bankable

Secteur, start-up, entrepreneur capables d’attirer des investissements.

2. Board

Principal organe de direction d’une société, incluant ses investisseurs, « comité stratégique ».

3. Business Angels

Personnes physiques investissant leur argent personnel et en apportant leurs avis, conseils et réseaux.

4. Business model

Synthèse des principaux aspects de la création de valeur d’une organisation : ses finalités (objectifs, offres, stratégies), ses ressources et moyens.

5. Business Plan

Document détaillé préparé par une start-up pour expliquer les objectifs de la société, ses prévisions financières.

6. Buzz

“Faire le buzz” : capacité d’une start-up à faire parler d’elle (notamment via les réseaux sociaux) qui crée des retombées dans les médias.

7. Closing

Dernière étape d’un investissement (ou d’un désinvestissement), à l’issue de laquelle tous les documents juridiques sont signés, les fonds sont versés par les investisseurs financiers et la transaction est réalisée.

8. Community manager

Personne chargée de créer et gérer une communauté autour de l’entreprise et de s’occuper des liens de l’entreprise avec les réseaux sociaux de l’entreprise.

9. Coworking space

Espace de travail partagé.

10. Crowdfunding / crowdequity / Crowdlending ou financement participatif

Emprunter en général par le biais des plateformes de crowdfunding (financement participatif par le don), crowdlending (les internautes deviennent votre banque) et le crowdequity (les internautes deviennent actionnaires).

11. Data Privacy

Mesures prises par une société pour protéger les données de ses clients. Définies par la Règlement Général (Européen) sur la Protection des Données (RGPD ou GDPR en anglais).

12. Deck (ou Pitch Deck)

Présentation power point concise (10 à 20 slides) d’une start-up.

13. Disrupter

Effectuer des changements, des innovations en bouleversant les habitudes d’un secteur par exemple.

14. Droit de préemption

Clause contractuelle habituelle qui permet aux actionnaires de racheter en priorité les actions des autres actionnaires qui veulent céder.

15. Executive summary ou Execsum (Résumé opérationnel)

Synthèse très courte du business plan en quelques pages qui doit permettre à l’investisseur en capital de se faire une idée précise du projet qui sera suivie du business plan.

16. FOMO

Fear of missing out ou FOMO, la peur de louper quelque chose qui pousse à être tout le temps connecté sur tous les réseaux à la fois.

17. GAFA

Les géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon.

18. Lean start-up

Concept développé par Eric Ries : The lean startup qui consiste à identifier les problèmes et les solutions, la clientèle et ses attentes et besoins, identifier les coûts, les indicateurs clés et les sources de revenus.

19. Levée de fonds

La levée de fonds est également importante en période de développement rapide de l’entreprise. Dans les accélérateurs, les startupers sont obnubilés par la levée de fonds.

20. Licorne (Unicorn en anglais)

Start-up qui dépasse le milliard de dollar de valorisation.

21. Pitch

Présentation courte d’un projet , d’une entreprise.

22. Retargeting (reciblage)

Technique de publicité en ligne utilisée par les spécialistes du marketing pour refaire de la publicité auprès des personnes qui ont déjà visité leur site Web.

23. Responsive

Capacité d’un site Web à afficher son contenu avec un confort de navigation optimal pour toute taille d’écran (tablette, smartphone ou ordinateur).

24. Scalable / Scalabilité

Capacité du produit de s’adapter au changement d’échelle et de grandeur quand la start-up se développe.

25. SEO

Search Engine Optimization : optimisation pour les moteurs de recherche, et notamment Google pour améliorer la visibilité des pages web grâce à l’utilisation de mots-clés, de balises, de liens.

Continue Reading

Startup

Lecture : Top 6 des derniers livres pour entrepreneurs à se procurer

Published

on

L’une des manières les plus efficaces de se former et d’obtenir des informations fiables lorsqu’on veut monter sa boite, est bien la lecture de livres d’experts. Généralement, au début, on souhaite avoir des informations pratiques, se nourrir de l’expérience d’autres entrepreneurs, mais aussi obtenir des informations juridiques et de manière plus générale se cultiver davantage et connaitre les dernières nouveautés et tendance de l’écosystème. On vous a dégoté 6 nouveautés en ce weekend ensoleillé, propice à la détente et à la formation. A découvrir dans ce qui suit 😉

1/ Secrets d’entrepreneurs : « Le livre de la Jungle » aux éditions Dunod

  • On y trouve

Des anecdotes d’entrepreneurs et d’employés à des postes stratégiques en startups racontés lors de la formation Lion de The Family.

En 10 chapitres et pratiquement 400 pages, le livre vous permet à vous, aspirant entrepreneur ou futur employé de startup, de découvrir l’envers du décor. 30 études de cas y sont présentées avec un focus notamment sur le Product Management, le Growth Hacking ou encore les Sales.

Ce livre regorge de conseils, d’astuces, d’outils et d’exemples concrets de bonnes pratiques et d’erreurs à éviter venant de belles startups comme Merci Handy, Capitaine Train, Nestor, Le Slip Français, Payplug ou encore Qonto.

LivreDeLaJungle
  • On a aimé

Sa lisibilité ! Très bien structuré, ce livre est écrit de manière simple et prenante. Pas de fioritures ou trop de jargon d’experts, il est très accessible à toute personne qui ne serait pas assez familière avec l’univers des startups.

Sa sélection de startups ! On est directement plongé dans les coulisses de la crème de la crème des startups et c’est très appréciable ! On y découvre des techniques qui ont fait leur succès mais aussi leur début et leurs echecs. Très captivant !

Ses conseils pratiques ! Outre les nombreux outils mentionnés qui sont effectivement très apprécié par les entrepreneurs, on y trouve des conseils et un décryptage de l’état d’esprit.

Au top ! A mettre entre les mains de tout aspirant entrepreneur ou étudiant à la recherche de son futur employeur-entrepreneur.

  • On se le procure

Il est disponible dans toute bonne librairie, au prix de 29€ en version papier, 22.90€ en version numérique aux éditions Dunod. Par ici pour l’acheter !

2/ Infos pratiques : « Auto-entrepreneurs, lancez-vous ! » aux éditions Dunod

  • On y trouve

Ce livre est un indispensable si vous souhaitez créer votre auto-entreprise mais n’y connaissez rien. Il vous accompagne étape par étape dans votre démarche : de la recherche du domaine d’activité aux aspects les plus « techniques » à savoir le juridique, le fiscal le social mais aussi la gestion, les cotisations et autres complexités qui n’auront plus aucun secret pour vous.

Il est très bien structuré, très complet et se lit et re-lit dès qu’on en ressent le besoin.

autoentrepreneurs
  • On a aimé

Son exhaustivité ! C’est un guide de moins de 300 pages qui aborde tous les aspects de la vie d’un auto-entrepreneur avant la création et pendant. Une sorte de coach de poche à domicile, qui permet d’être rassuré, et de trouver réponses à ses questions !

Son côté pratique ! Il est très accessible, c’est un livre vraiment pensé et fait pour tout le monde quel que soit sa formation ou son background. Il regorge de témoignages, d’avis d’expert et d’exemples concrets.

  • On se le procure

Il est disponible dans toute bonne librairie, au prix de 17.90€ en version papier, 12.90€ en version numérique aux éditions Dunod. Par ici pour l’acheter !

3/ Se lancer : « La discipline entrepreneuriale workbook » aux éditions Eyrolles

  • On y trouve

Avec ce workbook, vous passez à l’action ! Il vient en complément du livre la discipline entrepreneuriale et vous donne des exercices à faire pour créer votre startup en respectant les 24 étapes de cette méthodologie développée par Bill Aulet et qui a rencontré un franc succès à l’internationale.

L’objectif de ce livre est donc de vous permettre en moins de 300 pages de clarifier tous les points nécessaires au lancement d’un produit/service dont les clients ont besoin. Les maitres mots sont action, efficacité et résultat.

Chacune des 24 étapes comporte un rappel, un cas pratique et des conseils.

Discipline
  • On a aimé

On avait ADO-Ré le livre La Discipline Entrepreneuriale de Bille Aulet donc on se demandait ce que ce workbook pouvait apporter de plus.

Le côté concret ! Oui, bon c’est facile mais c’est tellement vrai ! On dit qu’on retient mieux quand on pratique et c’est le cas ici puisque ce livre est un livre d’exercices applicables à votre propre projet (sinon c’est bien moins intéressant 😉 )

Formation exhaustive ! On croirait assister à une formation complète ou à un cours d’entrepreneuriat avec l’objectif du cours, les définitions, le cours puis le TD ou cas pratique. Très bien structuré, agréable à lire et facile à suivre.

Vraiment topissime !

  • On se le procure

Il est disponible dans toute bonne librairie, au prix de 28€ en version papier, 19.90€ en version numérique aux éditions Eyrolles. Par ici pour l’acheter !

4/ L’aspect juridique : Le droit du travail en 350 questions aux éditions Gereso

  • On y trouve

Ce livre de 400 pages vous guide pas à pas dans les dédales du Droit social, indispensable lorsqu’on a lancé sa boite et qu’on recrute ses premiers salariés.

Au menu, 350 questions à jour des ordonnances Macron sur les fondamentaux du droit social, les derniers textes et jurisprudences. Que ce soit sur les différents types de contrats de travail, les clauses obligatoires, les modalités de rupture de contrat, la rémunération, les congés et j’en passe !

Un indispensable pour maitriser la base et se sentir plus en confiance lors des premières embauches.

Droit
  • On a aimé

Le format ! Sous forme de questions-réponses ce guide nous dévoile pas à pas tout ce qu’il faut savoir en matière de droit du travail. C’est assez ludique.

L’exhaustivité ! C’est très complet. Y sont abordés toutes sortes de contrats : stages, apprentissages, CDD etc. mais aussi plusieurs étapes RH: l’embauche, la médecine du travail, les congés, la rupture de contrat, les déclarations URSSAF etc.

PARFAIT, à avoir avant toute embauche !

  • On se le procure

Il est disponible dans toute bonne librairie, au prix de 25.65€ en version papier, 18.90€ en version numérique aux éditions Gereso. Par ici pour l’acheter !

5/ Innovation : « L’entreprise disruptée, les défis de l’IA pour les RH » aux éditions Dunod

  • On y trouve

A travers ses 200 pages, ce livre s’attaque au sujet de l’intelligence artificielle et anticipe son impact sur les métiers mais aussi les pratiques professionnels et l’organisation humaine au sein de l’entreprise.

L’objectif ? Identifier les impacts de l’IA et les anticiper pour mieux adapter son organisation et ses Ressources Humaines. Plusieurs exemples de grands groupes et témoignages de spécialistes divers y sont présentés pour illustrer les enjeux et les solutions à mettre en place.

Passionnant !

IA
  • On a aimé

L’angle du livre ! Il ne s’agit pas seulement de dresser les impacts de l’IA, et de faire peuuuur mais plutôt de l’inscrire dans le cadre d’une entreprise innovante et de proposer des solutions concrètes possibles pour une adaptation « en douceur ». Cette approche axée analyse/solution est intéressante !

Les cas concrets ! Rien de mieux pour se plonger dans la réalité de ce qui nous attend que le témoignage de salariés de grands groupes qui commencent à s’y confronter et dévoile concrètement les enjeux et solutions mises en place ou qui pourront l’être.

Le sujet ! Tout court. Oui, c’est indispensable de s’y pencher. Parce que l’IA ne concerne pas juste l’éducation mais aussi l’entreprise et donc la gestion des « humains » et leur relation avec l’IA qui gagnera de plus en plus de terrain et transformera de ce fait les métiers tels qu’on les connait aujourd’hui.

  • On se le procure

Il est disponible dans toute bonne librairie, au prix de 23€ en version papier, 14.90€ en version numérique aux éditions Dunod. Par ici pour l’acheter !

6/ Se cultiver: «  Je comprends enfin l’économie » aux éditions Dunod

  • On y trouve

Dans ce petit livre d’à peine 200 pages, les économistes du think tank BSI Economics répondent simplement à plusieurs questions économiques d’actualité : le monde est-il de plus en plus inégal ? les immigrés sont-ils responsables du chômage ? Les robots vont-ils nous remplacer etc.

Chaque réponse est méthodique et vulgarisée pour la rendre la plus accessible possible.

Evidemment, il s’agit d’une vision néo-libérale de l’Economie (et donc mainstream).

9782100789597-001-X
  • On a aimé

Les questions ! Les sujets sélectionnés et auxquels les économistes se sont attaqués sont assez intéressants et intrigants. Des questions qu’on s’est déjà posé ou qu’on pourrait se poser. Les réponses sont évidemment à nuancer puisque l’Economie n’est pas une science exacte.

La concision ! L’exercice est très difficile, comment rendre des concepts complexes et parfois longs à expliquer courts et accessibles au plus grand nombre ? C’est LE grand défi de ce livre qui est largement relevé.

Continue Reading

Tendances

Copyright © 2019 Tunisientreprendre.co